Dialogue de bébés

Petit conte découvert sur le site ekhorizon.com.

Dans le ventre de la mère, deux bébés discutent :

– Nathalie : Et toi, tu crois à la vie après l’accouchement ?

– Céline : Bien sûr. C’est évident que la vie après l’accouchement existe. Et nous sommes juste ici pour devenir forts et prêts pour ce qui nous attend après.

– Nathalie : Tout ça, c’est insensé. Il n’y a rien après l’accouchement. Est-ce que tu peux t’imaginer toi, à quoi une telle vie pourrait ressembler ?

– Céline : Eh bien, je ne connais pas tous les détails. Mais là-bas il y aura beaucoup de lumière, beaucoup de joie. Et par exemple là-bas on va manger avec notre bouche.

– Nathalie : Mais c’est du n’importe quoi ! Nous avons notre cordon ombilical et c’est ça qui nous nourrit. Et de cette autre vie, il n’y a encore eu aucun revenant. La vie se termine tout simplement par l’accouchement.

– Céline : Non ! Je ne sais pas exactement à quoi cette vie après l’accouchement va ressembler mais dans tous les cas nous verrons notre maman et elle prendra soin de nous.

– Nathalie : Maman ? Tu crois en maman !? Et où se trouve-t-elle ?

– Céline : Mais elle est partout ! Elle est autour de nous ! Grâce à elle nous vivons, et sans elle nous ne sommes rien. Elle veille sur nous à chaque instant.

– Nathalie : C’est absurde ! Tu l’as déjà vue toi ? Moi non plus ! C’est donc évident qu’elle n’existe pas. Et puis, si elle existait vraiment, pourquoi ne se manifeste-t-elle pas ?

– Céline : Eh bien, je ne suis pas d’accord. Car, parfois lorsque tout devient calme, on peut entendre quand elle chante… sentir quand elle caresse notre monde… Je suis certain que notre Vraie vie ne commence qu’après l’accouchement

A lire également :

Posté le 4 Oct 2013 par | 2 Commentaires » Tags : , , , , , |

2 commentaires pour “Dialogue de bébés”

  1. Ekho Says:

    Ca me dit quelque chose.

    J’aime beaucoup la manière dont Dark Para a conclut le débat sur ce conte (alors que lui-même contestait la forme du conte) :
    « Qu’est-ce en effet […] que craindre la mort, sinon s’attribuer un savoir qu’on a point ? N’est-ce pas s’imaginer que l’on sait ce qu’on ignore ? Car enfin, personne ne sait ce qu’est la mort, ni si elle n’est pas par hasard pour l’homme le plus grand des biens. […] Comment ne serait-ce pas là cette ignorance vraiment répréhensible, qui consiste à croire que l’on sait ce qu’on ne sait pas ? »
    Source : http://ekh.so/vn

    Sinon, question très terre à terre : cet article date de près d’un an sur mon blog. Pourquoi l’avoir publié aujourd’hui ? Ou inversement, comment est-tu tombé dessus récement ?

  2. JulG7 Says:

    J’ai apprécié le coté simple et naïf de ce conte qui, paradoxalement, peut être pourtant à la source de réflexions bien plus profondes. Dark Para le critique avec une philosophie matérialiste qui à mon sens nous éloigne de son intérêt.

    Ton article est dans mes favoris depuis sa publication, j’ai fais un peu de tri récemment et du coup je suis retombé dessus 🙂

Leave a Reply

Galerie

Recherche

Catégories

Suivre JulG7 – Le blog



Commentaires récents

Liens

Archives

Copyright © 2017 JulG7 – Le blog. All rights reserved.

| thème réalisé par JulG7