Médine – Enfant Du Destin (David)

Medine, rappeur Français d’origine Algérienne, chante pour le droit à la vie du peuple Palestinien.

Au crépuscule, les champs encore ensoleillés.
C’est le chant de la rivière et l’odeur des oliviers.
L’Harmonieux tableau de la saison.
David est un juif et ses parents sont colons.

Papa est dans l’armée, maman l’est aussi, engagés après leur FAC de médecine.
Aujourd’hui, ils sont tous deux montés en grade pour avoir démantelé la résistance arabe.
David, est réservé et solitaire, il se comporte à l’école de manière exemplaire.
À la maison en retrait pour ce qu’il pense : la terre promise est l’objet des divergences.

À 17 ans fils unique mais conscient que son père et sa mère ont les mains pleines de sang,
qu’ils détruisent des familles pour l’empire, qu’ils sont prêts à faire tout un peuple de martyr.
« Pourquoi détruire les maisons des palestiniens, après tout cette terre leur appartient !
Même pas en rêve le statut de locataire, des squatteurs indésirés qui retracent les frontières.
C’est ce que nous sommes et c’est ce que nous resterons.
Croyez-vous pouvoir étouffer la rébellion?
Des millions d’enfants qui jettent la pierre contre des chars et des rangées d’hélicoptères ».

Papa est un soldat déterminé, « c’est un peuple de parias qu’il faut exterminer ! »
Demain, il partira pour le Mossad, maman derrière lui pour combattre le djihad.
« La CIA nous a bien renseigné, dans les caves d’une école, c’est là qu’ils sont cachés ».
C’est avant l’aube que tous deux partiront, et violemment savent qu’ils combattront.

David impuissant se retire de la maison, et part réfléchir en regardant l’horizon.
« Mes parents sont insensibles et cruels, demain ils marcheront sur les débris d’une maternelle.
Endoctrinés par les politiciens qui spolient tout un peuple en rassurant l’Israélien.
Non ! Je ne peux pas comprendre qu’ils mordent à l’hameçon. Moi-même j’en ai tiré mes propres leçons.
Intelligents, je crois qu’ils comprendront, si je leur explique de manière bonne et prompte. C’est décidé !
Il faut que je rentre chez moi ». Il court, mais à pied n’y arrivera pas.
Il monte dans un bus dix personnes tout au plus, un homme étrange et des enfants qui s’amusent.
L’homme se lève et de ses yeux regarde le fond, il ouvre son manteau et appuie sur le bouton.

L’homme s’est fait exploser, David est mort et ses parents vont continuer.
Enfant du destin, enfant de la guerre…

Le morceau suivant est la suite de Enfant du destin (David). Il raconte l’histoire du kamikaze qui fait exploser le bus où se trouve le jeune israélien.

Le bus m’emmène dans la ville d’Hébron
Ancienne cité, à la minorité d’hébreux
Souffleur de verre pour le compte de mon oncle
Mon nom c’est Daoud un arabe au regard ténébreux
Je suis né dans ce genre de nid, tout près du quartier juif en Cisjordanie
Jamais je ne sors la nuit
Pas pas peur du noir, mais par un couvre-feu qu’on me force à suivre
Mon défunt frère est mort l’an passé
Officiellement, pour défaut de laisser-passer
Il voulait faire de mes seize ans un jour exceptionnel
C’était sans compter Tsahal et son excès de zèle
La garde-frontière en charge de son contrôle
A cru drôle d’ouvrir la boîte au couteau commando
Celle qui contenait le keffieh traditionnel
Et qui le soir constituerait le fraternel cadeau
Gâteau vandalisé par les gants de cuir
D’une soldate qui n’avait que l’intention de nuire
Une vexation à laquelle mon frère réplique
Par des insultes et des menaces en langue arabe et en hébraïque
« De quels droits tu crois pouvoir me gâcher la fête
Je ferais de toi ma chèvre si j’avais l’doigt sur la gâchette
Enlève tes sales pattes tout de suite de sur cette écharpe »
Aveuglé par la colère un coup lui échappe
Il lui en fallut pas plus pour que le canon crache le feu
Un triplé d’M16 dans le poitrail qui craque le mieux
Ce furent les derniers mots de mon frère
Et leur sens était dirigé en ma faveur
Alors aujourd’hui à la date anniversaire
Je m’apprête à rendre la pareille à l’adversaire
Qui m’a ôté la compagnie de mon ainé, de mon bien-aimé
Ma pris une large part de mon âme peiné
On me prêtera des intentions politiques
Les médias du monde diront que je suis croyant fanatique
Que j’ai agi programmé par un parti terroriste
Et qu’aussi j’enterre ici tout espoir de paix possible
J’aurais milles raisons de m’ceinturer le torse
Ce qu’a enduré mon peuple dans un sanctuaire de la mort
Ces blocus, mépris, obus, phosphore blanc occulte, bouscules, l’ONU qui fait semblant
Interdiction d’accès à certaines profession
Et sur ta carte d’identité, on y impose ta confession
C’est donc ça la seule démocratie du Proche-Orient
Agir en toute impunité sans qu’on lui reproche rien
Mais ma vengeance n’est que personnelle
Lorsqu’on arrive près du checkpoint et des criminels
Dans le bus, dix personnes tout au plus
Un enfant étrange qui vient de monter semble perdu
Ses yeux me fixent avec insistance
J’ai la drôle impression qu’il cherche assistance
Mais mon pouce a déjà enfoncé le bouton rouge
C’est ici que se rencontrent David et Daoud

Daoud s’est fait exploser
David est mort et ses parents vont se venger
Enfant du destin, enfant de la guerre
Palestine libre…

A lire également :

Posté le 26 Mar 2013 par | Pas de Commentaire » Tags : , , , , |

Leave a Reply

Galerie

Recherche

Catégories

Suivre JulG7 – Le blog



Commentaires récents

Liens

Archives

Copyright © 2017 JulG7 – Le blog. All rights reserved.

| thème réalisé par JulG7