Adieu veau, vache, cochon, couvée…

Un documentaire sorti aujourd’hui sur le monde de l’élevage industriel où rentabilité et profits sont les maîtres mots.
Attention cette vidéo n’est visible que durant une semaine (jusqu’au 21 juin)!

Aujourd’hui en France, 1 milliard d’animaux partent à l’abattoir chaque année. Pour satisfaire le consommateur, l’agriculture traditionnelle a dû se transformer radicalement. Par choix politique, les animaux de la ferme ont quitté les verts pâturages et les joyeuses basses-cours. Désormais, ils passent leur existence dans de vastes hangars concentrationnaires.

L’élevage intensif, appelé aussi “hors-sol”, est tout sauf naturel. Confinés dans des box, les vaches, les cochons et les poules ne voient jamais la lumière du jour. Engraissement, insémination artificielle, nourriture gavée d’hormones et d’antibiotiques, mutilations : tout est étudié pour produire davantage et plus vite. Ces animaux arrivent dans nos assiettes après avoir enduré souffrance et stress.

Les défenseurs du bien-être animal s’alarment de cette cruauté et de sa banalisation. Les éleveurs leur répondent qu’en suivant ce modèle, ils ont tourné le dos à la misère de leurs pères, petits paysans. Béatrice Limare les a filmés devant des installations sophistiquées. Alors que leurs ancêtres regardaient avec fierté et attachement leurs animaux, eux s’inquiètent de la bonne marche informatique de leur exploitation.

Le reportage part à la rencontre d’éleveurs “repentis”. Redevenus de simples agriculteurs, proches de la terre, ils ont retrouvé le contact avec leurs animaux. Ils racontent leur malaise moral. Ils n’étaient qu’un rouage travaillant à la toute puissance de l’industrie agroalimentaire et des grandes coopératives, donneuses d’ordre de la filière.

Le désastre environnemental occasionné par ce mode d’élevage est l’autre préjudice abordé dans ce film. A des milliers de kilomètres de la France, la forêt amazonienne disparaît. D’immenses champs de soja, souvent transgénique, ont pris sa place. Exportée, cette légumineuse sert à nourrir nos animaux. Un élément de plus illustrant les dérives de tout un système.

Des « usines à viande » mettent en œuvre toutes les techniques les plus efficaces et les plus rentables pour produire les animaux nécessaires à notre immense appétit de viande. Mais à quel prix ?

Vous pouvez le visionner à cette adresse : http://www.pluzz.fr/adieu-veau-vache-cochon-couvee-2012-06-13-23h15.html

Source

A lire également :

Posté le 14 Juin 2012 par | Pas de Commentaire » Tags : , , , , , , , , , , |

Leave a Reply

Galerie

Recherche

Catégories

Suivre JulG7 – Le blog



Commentaires récents

Liens

Archives

Copyright © 2017 JulG7 – Le blog. All rights reserved.

| thème réalisé par JulG7