Affaire Sakineh – Manipulation médiatique?

Récemment, l’opinion publique a été alertée sur le cas de Sakineh Mohammadi-Ashtiani, une jeune femme qui aurait été condamnée en Iran à la lapidation pour adultère. Cette pratique barbare abandonnée un temps aurait été reprise sous l’impulsion du président Ahmadinejad : Sakineh attendrait sa mort dans les geôles iraniennes.

Toutefois beaucoup de sites d’informations alternatives fiables semblent montrer que cette information est pour l’essentiel erronée.

Ainsi on peut découvrir que, comme aux États Unis, au Japon ou dans d’autres pays, la peine de mort existe en Iran : elle se fait par pendaison. Dans la pratique elle concerne essentiellement les crimes graves (trafic de drogue, terrorisme, meurtre etc.) et son application est limitée. De plus il n’y a pas de lapidation en Iran. Elle était en vigueur sous le régime du Shah, et encore quelques années après son renversement mais a été abolie par la Révolution islamique.

D’autre part :

  • Cette dame n’a pas été jugée pour adultère, mais pour meurtre. Elle et son amant ont été accusés, et jugés coupable en première et seconde instance d’avoir drogué son mari et de l’avoir tué. La Cour n’a pas établi de discrimination selon le sexe des accusés. L’application de la peine n’interviendra que 5 ans après le verdict, ce qui peut permettre à la famille de la victime de pardonner les condamnés et de les gracier selon la loi en vigueur. Cette loi permet souvent d’éviter la mise à mort des condamnés.
  • Pour des raisons pratiques légales, il n’y a pas d’accusation d’adultère en Iran. En effet la loi exige que pour qu’une telle accusation ait lieu, quatre personnes en aient été témoins au même moment, ce qui rend la chose improuvable devant une cour de justice. C’est pour cette raison que la relation intime liant les meurtriers présumés n’est pas évoquée dans l’acte d’accusation même si elle est rapportée comme certaine par des proches.
  • Bien que très probable, la condamnation n’est pas encore effective car le système judiciaire iranien offre un certain nombre de garanties comme la possibilité d’appel pour les crimes passibles des assises et la vérification systématique de la légalité de la procédure par la cour de cassation. Ce qui est le cas pour le jugement de Mme Sakineh Mohammadi-Ashtiani. A ce jour, elle et son complice bénéficient toujours de la présomption d’innocence.

On peut se demander pourquoi de si nombreuses personnalités reconnues, telles que Nicolas Sarkozy ou Bernard Henry Levy, ont pris part à ce mouvement médiatique en relayant des informations manifestement fausses? Ne s’agirait-il pas là d’une nouvelle tentative de diabolisation de l’Iran?

En complément, l’intervention de Dieudonné qui a été en Iran pour soutenir Sakineh :

Sources :
Réseau voltaire : le scandale Sakineh
911nwo.info

A lire également :

Posté le 18 Sep 2010 par | Pas de Commentaire » Tags : , , , , , |

Leave a Reply

Galerie

Recherche

Catégories

Suivre JulG7 – Le blog



Commentaires récents

Liens

Archives

Copyright © 2017 JulG7 – Le blog. All rights reserved.

| thème réalisé par JulG7